Pauline Ferrand-Prévôt 4e à la Bresse

Cyclisme — par Julien Lampin, le 26 août 2018 (13:59)

Crédit photo ; Pierre Teyssot / MAXPPP

Au coeur d’une course folle et spectaculaire, Pauline Ferrand-Prévôt a joué les premiers rôles, croyant à la victoire jusqu’à un demi-tour de l’arrivée. Déjà championne d’Europe, la Suissesse Jolanda Neff, en remportant la course, remporte la Coupe du Monde, malgré deux crevaisons.

Les retournements de situation ont été légion, offrant un scénario de course inédit et à suspens. Et dire que Pauline Ferrand-Prévôt a été une grande actrice de ce spectacle est un faible mot. Partie très fort dès les premiers instants de la course sur un circuit exigeant et très technique, la Rémoise montre rapidement de belles dispositions. Mais vite dépassée, elle est contrainte de laisser la Championne du Monde Jolanda Neff. On se dit alors que tout suspens a déjà disparu. Le sort en a décidé autrement.

Victime d’une crevaison de la roue arrière, la Suissesse met du temps à repartir, laissant passer quatre de ses concurrentes, dont sa rivale pour le général, Annika Langvad, et la Française. S’en suit alors un mano à mano spectaculaire entre les quatre meilleures cyclistes du jour. A tour de rôle, Annika Langvad, Emily Batty et PFP, qui ne lâche rien, tentent de prendre le contrôle de la course.

Et à la fin, c’est toujours Jolanda Neff qui gagne

Les derniers tours deviennent dingues. Alors en passe de prendre le leadership au général, la Danoise Annika Langvad est elle aussi victime d’une crevaison. Une aubaine pour Jolanda Neff… qui crève au même moment. C’est finalement PFP qui en profite pour rejoindre les premières places avec Emily Batty. A un peu plus d’un tour de la fin, les quatre filles sont réunies, roues dans roues. L’occasion pour la Rémoise de prendre la tête de la course. Puis Jolanda Neff, la championne du Monde reprend les commandes. Un quatuor devenu trio après qu’Annika Langvad, peu à l’aise sur les parties techniques, lâche une dizaine de secondes.

Les mano à mano se poursuivent en tête de la course. Dans la première montée de l’ultime tour, PFP réalise un gros effort pour créer un nouvel écart. Une attaque qu’elle paye dans la montée suivante. L’occasion d’un nouveau regroupement avant une ultime attaque dans la descente de Jolanda Neff. Cette fois le trou est fait. Le titre lui tend les bras malgré l’adversité, signe de sa supériorité. Pauline Ferrand-Prévôt, 4e à 33 secondes, a pour sa part montré qu’il faudrait compter sur elle, lors de l’ultime course, la semaine prochaine lors des Championnats du Monde à Lanzerheide en… Suisse.