Feyenoord, le dernier adversaire du Stade de Reims en compétition européenne

Football — par Julien Lampin, le 1 août 2020 (23:20)

Crédit photo : Eric Koch

Il faut donc remonter à l’hiver 1963. Le 17 septembre prochain, en disputant le second tour de qualification vers les phases de poules de l’Europa League, le Stade de Reims mettra fin à une disette de 57 ans. Alors engagée en Coupe d’Europe des clubs champions, les Rouge et Blanc sortaient en quart de finale face aux Hollandais du Feyenoord Rotterdam.

L’anecdote ne sera bientôt plus valable. Inscrit depuis plus d’un demi-siècle dans les livres d’histoire, il est écrit que le dernier match officiel du Stade de Reims au sein d’une compétition européenne est le résultat d’une double opposition face à Rotterdam en quart de finale de l’ancêtre de la Ligue des Champions. Il sera bientôt temps de dépoussiérer tout cela. Pour autant, si les plus jeunes fans du Stade de Reims auront le plaisir de vibrer au moins une fois à l’occasion d’une rencontre continentale, ils sont peu nombreux à connaître les plus anciennes épopées stadistes, au-delà, peut-être, des deux finales de 1956 et 1959 perdues face au Real Madrid.

Les campagnes européennes de 1960/1961 et 1962/1963 sont pour leur part moins connues. Elles sont aussi moins glorieuses. Déçus d’une élimination dès les 8e de finale contre Burnley dès l’automne 1960, les Rémois retrouvent la C1 en novembre 1962. En 8e de finale, les Rouge et Blanc écartent au prix d’un match retour maîtrisé, les Autrichiens de l’Austria Vienne (2-3, 5-0). L’occasion alors d’accueillir Feyenoord en février 1963 en quart de finale. Devant 30.000 personnes massés au Parc des Princes à Paris, Reims fait figure de favori.

Décevant à l’aller, impuissant au retour

Mais malgré la titularisation de Raymond Kopa mais sans Dominique Colonna dans les buts, les Rémois sont à la peine. Si bien que peu avant la demi-heure de jeu, Kreyermatt, le joueur de Rotterdam trouve le chemin des filets d’une belle reprise. Une réalisation survenue en supériorité numérique tandis que le défenseur rémois Kaelbel était soigné sur le bord du terrain. Surpris par l’engagement physique des Néerlandais, qui plus est dotés d’une bonne technique, les Rémois ne trouvaient pas la solution, d’autant qu’Hassan Akebi manquait de réussite. Feyenoord aussi, après qu’une balle ait heurté la transversale en fin de match.

L’attaquant stadiste faisait preuve de davantage de réussite au retour aux Pays-Bas le 13 mars 1963 en faisait trembler les filets en fin de première mi-temps. Mais les Hollandais trouveront aussi la faille dans la partie. Obtenant la parité sur le second match (1-1), les progrès rémois n’ont pas suffi à compenser la courte défaite de l’aller. Eliminés, les Champenois étaient alors loin d’imaginer qu’il faudrait attendre 57 ans pour retrouver leur club favori sur la scène continentale.