đź“„ Cruelle dĂ©sillusion pour les filles du Stade de Reims, privĂ©s d’Europe face au Paris FC

Football — par Julien Lampin, le 17 mai 2024 (20:13)

Largement battues en demi-finale Ă  Lyon, les joueuses du Stade de Reims se sont vite remises pour dĂ©fier le Paris FC sans complexe ce vendredi soir. En finale pour la 3e place de D1, qui offre le dernier ticket europĂ©en, les RĂ©moises ont montrĂ© le cĹ“ur et l’audace nĂ©cessaires pour pousser les Parisiennes Ă  la sĂ©ance de tirs aux buts. Mais la sĂ©ance a Ă©tĂ© fatale aux RĂ©moises. La dĂ©ception est lĂ©gitime, mais les protĂ©gĂ©es d’Amandine Miquel peuvent avoir la tĂŞte haute, terminant Ă  une belle 4e place.

LA FEUILLE DE MATCH

PARIS FC 1-1 (4 tab 2) STADE DE REIMS
MI-TEMPS : 0-0
ARBITRE : Mme Victoria Beyer
BUTS – Mateo (83e) pour le Paris FC, Corboz (87e, sp) pour Reims
AVE
RTISSEMENTS – aux Rémoise Lou-Ann Joly (24e), Rofiat Imuran (72e)
PARIS : Nnadozie – Bogaert, Greboval, Sissoko, Soyer – Le Mouel (Ould Hocine, 89e), D. Corboz (Korosec, 52e), Thiney – Dufour (Fleury, 89e), Bussy (Ribadeira, 61e), Mateo (Ndongala, 89e). Entr : Sandrine Soubeyrand
REIMS : Szemik – Ndzana, Kack, Pasquereau, Gyau – Joly (Ngock, 80e), R. Corboz, Le Moguédec (Meyong, 73e) – Imuran (Nassi, 88e), Chosenotte, Mouchon (Gomes, 73e). Entr : Amandine Miquel

LE MATCH

La dramaturgie Ă  son comble. Et la dĂ©ception Ă  la hauteur de l’enjeu. A 90 minutes d’un potentiel ticket europĂ©en, le Stade de Reims d’Amandine Miquel n’avait pas grand chose Ă  perdre ce vendredi soir sur la pelouse du Paris FC. Si ce n’est une grosse frustration qu’on pardonnera Ă©videmment aux RĂ©moises. Pas favorites de la partie, les Rouge et Blanche sont passĂ©es proches d’un authentique exploit. Elles n’ont finalement que leurs larmes pour pleurer. Seulement battues aux tirs au but, les RĂ©moises s’Ă©taient jusque lĂ  donnĂ© le droit de rĂŞver, entamant la rencontre sans complexe face aux Franciliennes. La toute première tentative de Julie Pasquereau, de loin, donnait d’ailleurs le ton. Percutantes, les RĂ©moises gĂŞnaient considĂ©rablement les Parisiennes. Si bien qu’elles se procuraient les premières situations, Ă  l’image de Shana Chossenotte qui profitait de la fĂ©brilitĂ© dĂ©fensive adverse pour adresser une frappe, finalement repoussĂ©e par Chiamaka Nnadozie, tout rĂ©cemment Ă©lue meilleure gardienne de D1.

Il faut un coup de pied arrĂŞtĂ© pour permettre au Paris FC d’exister offensivement. Sur un corner bien tirĂ©, Clara MatĂ©o dĂ©viait le ballon de la tĂŞte sur le poteau du but gardĂ© par Kinga Szemik. Une chaude alerte qui ne refroidissait pas les ardeurs marnaises. Et si la tentative lointaine de Rachel Corboz ne troublait pas la gardienne parisienne, NoĂ©mie Mouchon, elle, Ă©tait plus prompt Ă  reprendre un ballon de la tĂŞte sur coup-franc, pour l’envoyer dans les filets. La joie rĂ©moise Ă©tait finalement stoppĂ©e par l’annulation du but pour hors-jeu. Les tentatives rĂ©moises Ă©taient encore nombreuses en fin de première pĂ©riode. Mais ni l’opportunisme de Mathilde Kack, ni l’audace du lob de NoĂ©mie Mouchon, pas plus que la tentative de Lou-Ann Joly ne faisaient mouche. De quoi renvoyer les actrices dos Ă  dos Ă  la pause.

A chacun sa mi-temps, tirs au but cruels

Les RĂ©moises avaient peut-ĂŞtre passĂ© leur chance. Au retour des vestiaires, les Parisiennes se voulaient plus tranchantes. Et si la tentative de DaphnĂ© Corboz Ă©tait manquĂ©e, Kessya Bussy poussait son ancienne coĂ©quipière, Kinga Szemik Ă  un bel arrĂŞt. Ainsi la pression se faisait de plus en plus forte dans la surface rĂ©moise. Louna Ribadeira, entrĂ©e Ă  l’heure de jeu, manquait certes de justesse dans ses derniers gestes. Mais Julie Dufour et Clara Mateo mettaient de plus en plus en souffrance un bloc qui fatiguait. Il a fallu toute la vigilance de la gardienne rĂ©moise pour conserver le score de paritĂ©.

Et lorsque la portière polonaise Ă©tait battue, c’est Ă  nouveau le poteau qui repoussait la tentative sur coup-franc de ThĂ©a Greboval (73e). MalgrĂ© les changements bienvenus, les RĂ©moises finissaient par cĂ©der. Sur un ballon cafouillĂ© dans la surface, Clara MatĂ©o en profitait pour ajuster Kinga Szemik. Mais ce Stade de Reims ne lâche rien et la rĂ©action rĂ©moise Ă©tait rapide. Très vite portĂ©es dans le camp adverse, les RĂ©moises provoquaient un penalty pour une main dans la surface. Rachel Corboz le transformait admirablement. De quoi pousser la dĂ©cision aux tirs au but. A ce jeu, la milieu rĂ©moise ne rĂ©Ă©ditait pas la performance, pas plus que Monique Ngock, tandis que les tireuses parisiennes trouvaient toutes les filets. Le Paris FC jouera la Ligue des Champions, pas le Stade de Reims. Si la dĂ©ception est grande, nul doute que la fiertĂ© du parcours prendra peu Ă  peu la place. Le temps de digĂ©rer, tant les RĂ©moises peuvent avoir la tĂŞte haute.