Une rentrée, presque comme les autres pour le Stade de Reims féminin

Football — par Julien Lampin, le 17 juillet 2019 (23:19)

Crédit photo : Elodie SAINTE

Une seule nouvelle tête, plusieurs absences, mais toujours les mêmes sourires et la même sérénité. Ce mercredi soir au centre de vie Raymond Kopa, Amandine Miquel et son staff fourni a retrouvé un groupe réduit, mais déterminé à découvrir la D1 sans pression.

La sérénité… Voilà qui doit caractériser l’esprit du retour sur les terrains d’entraînements des filles du Stade de Reims, tout fraîchement promues en D1. Car si les adversaires seront d’un calibre tout autre cette saison, il n’y a pas de quoi troubler la tranquillité de la coach rémoise, dont les vacances ont été plus que courtes. Pour autant, les Rouge et Blanche seront vite mises au parfum de leur nouveau niveau de compétition, en affrontant Montpellier puis Lyon. Et passer de Megan Rapinoe, Alex Morgan ou Lieke Mertens à Eugénie Le Sommer, Ada Hegerberg et Wendy Renard ne devrait pas déplaire au public. Comme un héritage de la Coupe du Monde qui ne déplaît pas à Amandine Miquel « On voulait recevoir Lyon. C’est un bon programme. On restera dans la dynamique de la Coupe du Monde, à Delaune, on espère que les supporters seront encore nombreux ».

Au-delà de la fête que devrait occasionner une telle réception, le club n’oublie pas l’objectif, le maintien. Et jouer les grosses écuries en début de saison, c’est bien connu, peut offrir quelques espoirs aux promues marnaises. Des rencontres qui seront quoiqu’il arrive abordées sans pression. « C’est l’équipe où on aura le moins de craintes puisque de toute façon tout le monde nous donne perdantes. Nous, on part du principe que dans le football on peut remporter tous les matchs. On sait qu’il faudra un certain nombre de points ».

stabilité dans l’effectif

En ce sens, la préparation ne change pas des années précédentes. Mieux, au sein d’un effectif qui a peu évolué, les affinités devraient vite être retrouvées. Amandine Miquel ne considère pas gagner du temps pour autant. « C’est vrai que la cohésion devrait être acquise, se félicite la coach rémoise. Mais la dynamique sur la saison sera différente. L’an passé on visait la montée, cette année ce sera le maintien, donc l’approche et la stratégie de communication seront différentes. La fatigue, même morale, sera aussi différente. D’ailleurs on s’entraînera peut-être un peu moins mais de façon plus intense. Pour le reste, on tentera de suivre dans l’approche, l’exemple des garçons. On va adapter plusieurs éléments de leur préparation »

Pour autant, si les garçons avaient effectué plusieurs retouches dans l’effectif, celui de la D1 féminine n’aura que peu bougé durant l’été. Pour quatre départs (Aurore Paprzycki à Lille, Charlotte Noël à Yzeure, Agathe Dumont, Jessica Martins), le Stade de Reims n’a recruté pour l’heure qu’une demoiselle, venue de Fleury. D’autres renforts restent « une possibilité, admet la technicienne rémoise. Mais ça n’est pas une nécessité. On a étudié plusieurs profils qui ne convenaient pas dans leur intégralité. L’idée c’est de rester sur de la qualité, pas de la quantité. Ce groupe me convient « .

Seule recrue donc, Rachel Corboz viendra offrir son expérience au milieu de terrain. Jeune franco-américaine de 23 ans, elle était venue rejoindre sa soeur à Fleury l’an passé. 19 matchs de D1 plus tard, la voilà dans la Marne pour apporter son expérience et sa « philosophie américaine très appréciable en terme de gestion humaine ». Autant d’atouts qui devront être utiles à un groupe jeune, qui doit encore progresser dans la gestion des émotions, à l’image de ce qu’il a pu montrer en Coupe de France la saison dernière ou lors du match de la montée. « Ca reste l’inconnue, reconnaît Amandine Miquel. Je ne sais pas s’il faudra plusieurs matchs pour se mettre dedans psychologiquement. C’est le risque d’un groupe jeune : l’appréhension lors des gros matchs, le stress. Mais on a aussi des internationales, ce n’est pas moins stressant ». Détendues et ambitieuses..

GROUPE REDUIT : Engagées à l’Euro U19 avec les Bleues, Chloé Philippe et Naomie Feller manquaient à l’appel ce mercredi, tout comme Giorgia Spinelli, en repos après les Universiades avec l’Italie. Mélissa Herrera, Chloé Pierel, Lou-Ann Joly, Lisa Fragoli et Charlotte Blanchard sont pour leur part attendues la semaine prochaine. Les autres étaient présentes (Phallon Tullys-Joyce, Pauline Moitrel, Gwen Devlesschauwer, Océane Deslandes, Bénédicte Simon, Tess David, Magou Doucouré, Tess David, Rachel Corboz, Mélissa Gomes, Tanya Romanenko, Evanna Soyeux), renforcées par deux jeunes Joséphine Palin et Solène Wittmann.

PROGRAMME :
– 26/07 : REIMS – Fleury (D1), à Reims (18h)
– 03/08 : Dijon (D1) – REIMS, à Vittel (17h)
– 10/08 : REIMS – La Gantoise (D1 belge), à Reims (15h)
– du 15 au 18/08 : Women’s Cup du Grand Est (à Phalsbourg)

TRANSFERTS :
– Arrivées : Rachel Corboz (FC Fleury)
– Départs : Aurore Paprzycki (Lille), Charlotte Noël (Yzeure), Agathe Dumont, Jessica Martins