Aly Ndom, partir pour mieux rebondir ?

Football — par Maxime Masson, le 7 janvier 2019 (11:42)

Crédit photo : Julien LAMPIN

Longtemps considéré comme un espoir du Stade de Reims, Aly Ndom a quitté la Marne pour la Normandie. Un prêt pour les 6 prochains mois au Stade Malherbe de Caen, assorti d’une option d’achat obligatoire en cas de maintien du club normand dans l’Elite. Ainsi pourrait donc se conclure l’histoire d’Aly Ndom à Reims.

Dans un sondage réalisé sur nos réseaux il y a quelques jours, les votants étaient partagés. Une moitié (49%) n’imagine pas Aly Ndom se révéler à l’avenir, une autre (51%) imagine le milieu de terrain s’envoler enfin vers les sommets. Un partage équilibré qui montre toute la complexité de l’analyse de pareil cas. L’histoire du milieu de terrain avec le Stade de Reims avait débuté en 2012, lorsque le gamin de Pontoise débarquait dans la Cité des Sacres pour y faire ses gammes. Gravissant les étapes avec plein de promesses, l’histoire s’achève sur un goût d’inachevé. Du haut de ses 70 matchs pros, Aly Ndom aura tout connu avec le club rouge et blanc. Les joies du capitanat en U19, l’aventure jusqu’en finale [perdue contre Auxerre] de Gambardella en 2014, la saison historique l’an passé en Ligue 2, et les peines de la relégation en 2015. Entre temps, il aura aussi disputé ses premiers matchs européens, en Youth League, la Ligue des Champions junior, où il était alors néo-pro et capitaine. C’était il y a maintenant plus de trois ans.

De cette génération Youth League, il ne reste donc que Rémi Oudin et Nicolas Lemaître pour jouer les premiers rôles avec l’équipe première. Échec avéré ou situation normale voire anticipée par la direction ? Sans doute un peu des deux. Durant ces dix-quinze dernières années, le Stade de Reims a traversé plusieurs périodes durant lesquelles il y a toujours eu une constante : le club du président Caillot est bien plus un club tremplin qu’un club formateur. Et c’est un choix assumé. Il n’y a qu’à regarder le recrutement de cette année pour s’en persuader : Konan, Doumbia, Foket ont tous un intérêt à venir découvrir la Ligue 1 via Reims. Ce n’est pas certainement pas fini. Le Stade de Reims a néanmoins sorti quelques belles pépites. On pense évidemment à Aissa Mandi, aujourd’hui cadre du Betis Séville, ou Jordy Siebatcheu, parti rejoindre Olivier Létang et le Stade Rennais l’été dernier. Comment, enfin, ne pas penser à Grejohn Kyei, qui avait quitté la Ligue 1 ultra demandé en 2016, pour au final voir ses opportunités se réduire mercato après mercato et qui semble encore tâtonner à Lens…

Entre belles promesses et frustration

Aly Ndom, lui, n’a jamais fait de vagues lors des périodes de mercato. Il faut dire qu’il a depuis bien longtemps la confiance de David Guion, qui a toujours souhaité l’accompagner vers le très haut niveau. On ne l’a d’ailleurs pas senti ravi de voir son ouaille partir. A t-il eu son mot à dire ? Pas sûr en lisant entre les lignes, les propos récents de l’entraîneur et du Président rémois. Un dernier échange, quelques ultimes conseils, et voilà le milieu de terrain parti s’aguerrir auprès d’un autre coach à la réputation montante, Fabien Mercadal.

Aly Ndom laisse donc son flirt rémois en restant sur sa faim, lui qui n’aura jamais réussi à garder une place de titulaire régulier, que ce soit en L1 ou dans son antichambre. Confiant, le jeune homme voit ce départ comme une chance de s’imposer ailleurs, un rebond nécessaire à 22 ans. Dans une équipe en difficultés, qui lutte pour le maintien, les qualités physiques du milieu de terrain pourraient faire du bien. A lui de rapidement s’acclimater, d’imposer son jeu et de gommer ses égarements et autres légères failles techniques voire tactiques. Son premier but, avec la réserve caennaise dimanche, offre de belles promesses. De quoi enfin se pérenniser en Ligue 1.