La réserve du Stade de Reims valide son maintien en N2

Football — par Simon Thiebaut, le 12 mai 2018 (21:50)

Crédit photo : Elodie SAINTE

C’était le match à ne pas rater ! En arrachant le nul contre l’AC Amiens sous un temps apocalyptique, les protégés de Jérôme Monier profitent du nul entre Lens et Lille pour valider un maintien mérité au 4e échelon national. La liesse entamée un peu plus tôt avec les pros peut se poursuivre.

La différence entre l’ambiance du parvis de la cathédrale et celle du centre de vie Raymond Kopa tranchait ! D’un côté un soleil certes ennuagé et plus de 2000 personnes réunis pour chanter et festoyer un titre de Ligue 2 acquis il y a déjà plusieurs semaines. De l’autre, du stress et de la crispation sous un ciel rempli d’éclairs et une pluie torrentielle.

La foudre était d’ailleurs tout proche de frapper les Rémois, encore mené 2-1 à 15 minutes de la fin. Jusqu’alors, les jeunes rémois avaient fait preuve de maîtrise. Très tôt même, Virgile Piechocki reprenait de la tête un bon coup de pied arrêté botté par Grégory Berthier. De nombreuses occasions suivent face à des Amiénois dépassés. Mais le réalisme échappe aux Rouge et Blanc. Pire, tandis que les Marnais réalisaient leur première mi-temps la plus aboutie depuis plusieurs semaines, une mauvaise relance de Patrick Bahanack offrait l’opportunité d’égaliser pour les Picards. A peine le temps de s’en remettre que l’arbitre gênait malencontreusement une relance locale. Amiens en profite pour mettre à mal Nicolas Lemaître pour la seconde fois en quelques instants.

Fin de match foudroyante

Le retour des vestiaires n’est pas rassurant et suscite la frustration de Jérôme Monier. Amiens manque de peu par deux fois, la possibilité de faire le break. Vint alors une domination rémoise sans conteste, sous un ciel chargé. Le tonnerre et les averses orageuses s’abattent sur le terrain, mais l’arbitre n’arrête pas le match, et les Rémois n’abdiquent pas face aux éléments contraires. A force de pousser, les locaux finissent par obtenir un penalty, converti par Grégory Berthier (2-2, 75e). Une tête décroisée et bien aidée par le vent est tout proche d’envoyer les Rémois au paradis. Mais la foudre n’avait pas fini de frapper. Elle s’abattra même sur un pylône électrique, coupant la lumière à peine allumée.

Qu’importe, la rencontre ira jusqu’au bout, sans que plus rien ne soit marqué. Quelques longues minutes de suspens pour attendre le résultat de Lens – Lille (2-2), puis le soulagement et la joie. Avec ces résultats de la 29e et avant-dernière journée, les Rémois sont assurés de rester en N2 la saison prochaine. La fête et la communion avec les aînés peur se poursuivre.