Danilson Da Cruz : « 8 victoires sur les 8 derniers matchs ? On ne s’en privera pas »

Football — par Fabien Moretto, le 27 mars 2018 (15:38)

Le capitaine du Stade de Reims, Danilson Da Cruz était l’invité du Talk de Sport Club sur RJR lundi soir. Un capitaine conscient de vivre une saison exceptionnelle avec un groupe fort, uni et toujours affamé de victoires.

Une saison d’exception ? « C’est le message que j’essaie de faire passer dans le vestiaire, qu’il faut profiter, savourer parce que c’est rare dans une carrière. » Le ton était donné, lundi soir, par le capitaine du Stade de Reims dans Sport Club. L’occasion pour lui de s’exprimer sur une saison qui devrait ramener le club rouge et blanc en Ligue 1, et qu’il a vite senti positivement. « Sincèrement, après les trois premières journées, j’ai vu la cohésion qu’il y avait dans le groupe. J’ai vu que tout le monde allait dans le même sens. Je l’ai senti dès le début. » Même lors de cette fin d’été un peu délicate avec notamment l’élimination en coupe de la Ligue, le milieu rémois était serein : « Pas de doute parce que dans le contenu les matchs étaient vraiment très bons notamment contre Brest à domicile où on perd à la fin. Contre Valencienne, Yunis (Abdelhamid) se fait expulser assez tôt mais à 11 contre 11, sur les cinq premières minutes c’est nous qui avions le ballon. Et puis Lorient ça s’est joué dans le temps additionnel et ils ont eu plus de métier que nous à ce moment là. »

Alors qu’est-ce qui fait la force du groupe ? « C’est un maximum d’ingrédients. Un staff technique très compétent, un staff médical au top, des préparateurs physique très compétents également et un excellent état d’esprit dans l’équipe avec des cadres qui tiennent très bien le groupe. Les dirigeants ont su faire les bons choix cette année pour faire en sorte qu’on soit dans les meilleurs dispositions. Tout le monde y trouve son plaisir. L’année dernière, le groupe était dans un autre état d’esprit. Beaucoup de joueurs étaient encore affectés par la relégation et le groupe s’appuyait beaucoup sur les individualités. Cette année les individualités sont au service du groupe. Pour nous celui qui fait les 36 matchs de la saison et celui qui n’en joue qu’un seul sont considérés de la même façon. »

L’occasion de revenir sur le brassard de capitaine de Danilson Da Cruz, un rôle qu’il a parfaitement endossé : « Mon rôle est de faire en sorte que ça vive bien au quotidien mais je ne suis pas tout seul, on est six cadres pour faire en sorte que la mayonnaise prenne et on a également un préparateur mental, Joël Trébern. Mon rôle c’est surtout d’assurer le lien entre le groupe et les adjoints et le coach. Après le stage de pré-saison le coach m’a accordé sa confiance avec Julian Janvier en tant que vice-capitaine. Quand on m’a recruté on m’a dit que c’était aussi pour mon leadership naturel, et que j’ai le brassard ou non, ça ne change rien mais c’est vrai que de le porter, surtout dans un club comme Reims ça donne un maximum de confiance. »

A quelques jours de l’officialisation de la remontée en Ligue 1, les joueurs peinent encore à parler de la Ligue 1, même pour préparer la saison prochaine. Alors info ou intox ? « Non, comme je l’ai dit on essaie de profiter au maximum de cette saison et ce qui se passera l’année prochaine, on verra l’année prochaine. Notre rôle c’est de finir la saison le mieux possible, on a une montée à aller chercher, puis un titre et si on peut aller grappiller un record (83 points détenu par Lille), on ne va pas s’en priver. On est conditionnés à gagner. On déteste la défaite donc si on peut aller chercher 8 victoires sur les 8 derniers matchs on ne va pas s’en priver non plus et même si la montée est actée on ne va pas s’arrêter. »

Interrogé sur son entente avec Xavier Chavalerin dans le cœur du jeu rémois : « On a déjà joué ensemble au Red Star et on a le même état d’esprit, on n’aime pas se mettre en avant, on préfère faire le travail dans l’ombre, c’est ce qui fait que ça marche entre nous. Le plus important pour moi c’est le collectif, si l’équipe perd même si j’ai fait un bon match c’est pour moi un échec. »

Enfin nous lui avons demandé s’il était impatient de faire la fête avec le peuple rémois : « Je suis impatient et j’espère qu’il y aura une belle communion avec le public. On les attend pour fêter ça ensemble. »

Le talk c’est tous les lundi de 19h à 21h et pour réécouter l’émission il suffit de cliquer ici !