Play Tennis in Reims, un tournoi qui en appelle d’autres

tennis — par Julien Lampin, le 29 juillet 2020 (19:09)

Une semaine après le premier tournoi de tennis post-confinement organisé à Reims avec quelques joueuses numérotées, Anthony Petit et sa structure ont des envies d’y retourner. Au-delà de l’adrénaline procurée, le CRET et le Creps de Reims ont démontré leur savoir-faire. Un joli zoom sur une structure dont la notoriété poursuit tranquillement sa croissance.

« On a eu de supers retours. Les joueuses en parlent sur le circuit. Les messages et les impacts sont positifs. » A l’heure du bilan, Anthony Petit, le responsable du Centre de Ressources et d’Entrainement Tennis est plutôt fier. Un bonheur qui fait suite à une montée d’adrénaline qui fut crescendo dès la sortie de confinement début mai. Tandis que les joueuses dont il a la responsabilité reprenaient rapidement l’entraînement avec des protocoles sanitaires strictes à respecter, la Fédération Française de Tennis sollicitait Reims à la fin du mois de juin pour participer à la tournée organisée à destination des joueuses françaises et ainsi venir en aide aux athlètes en délicatesse financière après le confinement.

Défi accepté. En deux semaines donc, Play Tennis et le Creps de Reims devaient s’organiser de manière à accueillir 16 joueuses et une partie de leur entourage et monter un tournoi digne de ce nom. « Je me suis éclaté, consent le coach rémois. C’était ma première fois, mais je vais explorer cet aspect organisation. » Des opérations comme la semaine dernière où la structure y est pourtant de sa poche. « La FFT a pris à sa charge le prize money de 5300€. Mais j’ai souhaité aller plus loin en hébergeant les filles dès la veille du tournoi et la restauration. Ce n’était pas dans le cahier des charges » sans compter le paiement des arbitres, l’achat des balles neuves, des bouteilles d’eau, des fruits ou encore des récompenses et voilà un investissement qui s’approche des 2000 euros.

Lucie Wargnier première vainqueure à Reims, prochaine étape en octobre

Un investissement en grande partie compensé par les nombreuses demandes de joueuses pour rejoindre la structure lors de la prochaine rentrée. Des joueuses séduites à l’idée première de retrouver le goût de la compétition. A ce jeu, Lucie Wargnier aura été la plus régulière.  Face à la prometteuse Lucie Nguyen Tan (17 ans), la jeune Isarienne de 21 ans a su être décisive lors des moments opportuns pour s’imposer en deux manches et une ultime double faute de son adversaire (7-5, 6-4). La réussite fut dure à trouver pour les locales. Moins bien classée, Jade Bornay est sortie en 8e de finale contre la vainqueure du tournoi, passant tout proche de la perf en ratant une balle de match.

C’est « d’autant plus beau que Jade reprend après presqu’un an et demi d’arrêt après sa blessure aux ligaments en Colombie », rappelle Anthony Petit. Une bonne nouvelle pour celle qui avait déjà remporté le tournoi de Mesnil/Oger la semaine précédente. En confiance, elle a « trouvé rapidement de l’efficacité. C’est rageant, mais je suis rassuré sur son niveau de jeu. » Quant à Sophia Biolay, elle a connu plus de difficultés dans un match en dent de scie face à Alice Robber (n°45, Mondeville). Après une mise en route complexe, la pensionnaire de la Play Academy s’est remobilisé dans le second set avant de subir à nouveau dans le super tie break. Une reprise néanmoins profitable pour deux joueuses avant les prochaines tournées.

Reste que le Creps et Play Academy prépare désormais la suite. Car avant d’imaginer un nouveau tournoi du même type, les deux structures prévoient plus grand à l’automne, du 18 au 25 octobre, avec le Comité Marne de tennis. « C’était un galop d’essai en taille réduite. Le Creps a bien géré, mais j’ai repéré les choses à améliorer, notamment au niveau de la restauration et de l’hébergement. Il y aura plus de joueuses, plus de coachs, la gestion sera plus difficile », prévient Anthony Petit. Il le faudra pour un 25.000$. Une nouvelle organisation qui prendra encore beaucoup d’énergie mais qui n’entame pas les nouvelles envies du coach rémois, d’imaginer de nouvelles compétitions dans la cité des Sacres.

RESULTATS

8e DE FINALE

  • Julie Gervais (n° 17) bat Laia Petretic (–2/6) 6-3, 7-6.
  • Amandine Monnot (–15) bat Mallaurie Noël (n° 21) 6-1, 4-6, 10-8
  • Lucie Wargnier (n° 30) bat Jade BORNAY (–15) 6-3, 4-6, 12-10
  • Lucie Nguyen Tan (–15) bat Lou Adler (n° 31) 7-6, 6-3
  • Victoria Muntean (n° 40) bat Océane Babel (–15) 6-3, 6-0
  • Alice Robbe (n° 45) bat Sophia BIOLAY (n° 51) 6-3, 3-6, 10-6
  • Célia Belle Mohr (n° 48) bat Margaux Orange (n° 50) 6-2, 6-3
  • Aubane Droguet (n° 49) bat Emmanuelle Girard (–15) 6-1, 6-0

1/4 DE FINALE

  • Alice Robbe bat Amandine Monnot 6-4, 6-4
  • Lucie Wargnier bat Victoria Muntean 6-1, 6-0
  • Lucie Nguyen Tan bat Aubane Droguet 2-6, 6-3, 10-3
  • Célia Belle Mohr bat Julie Gervais 6-4, 6-4.

DEMI-FINALE

  • Lucie Wargnier bat Alice Robbe 7-5, 6-4
  • Lucie Nguyen Tan bat Célia Belle Mohr 4-6, 6-3, 10-4.

FINALE

  • Lucie Wargnier bat Lucie Nguyen Tan 7-5, 6-4.