Le Stade de Reims féminin joli dauphin

Football, News — par Julien Lampin, le 20 mai 2018 (18:30)

Crédit photo : Elodie SAINTE

A l’issue d’un match ouvert et agréable, le Stade de Reims a dominé son rival pour la seconde place au classement de D2. Une victoire acquise dans les dernières minutes qui clôt une saison réussie pour les Rouge et Blanche.

Sous un soleil et une petite chaleur que les organismes peinent encore à encaisser, les Rémoises n’ont donc pas failli, confirmant leur appétit jusque dans les tout derniers instants d’une rencontre dont l’enjeu était toutefois honorifique. Désireuse de terminer sur une bonne note, qui plus est à domicile, Amandine Miquel, engageait avec une équipe sacrément compétitive. Si les premières minutes manquaient de rythme, les Rémoises accéléraient rapidement pour offrir les premières frayeurs à une gardienne vendéenne pourtant attentive. Si un premier coup de pied arrêté n’offrait que peu de frissons aux visiteuses du jour, Giorgia Spinelli, peu habituée à pareille situation, était proche de réaliser le coup parfait dès la 11e minute. Sur un coup-franc lointain de Charlotte Rebours, la capitaine italienne contrôle de la poitrine, avant d’enchaîner dos au but par une reprise acrobatique qui finit sa course sur la barre.

Mais la rencontre n’est pas encore totalement emballée. Il faut attendre la 24e minute après un coup-franc qui avait engendré un carton pour Evanna Soyeux, pour qu’Aline Liaigre n’ouvre le score d’une belle frappe pure après un travail sur le côté gauche. Les Rémoises n’auront pas le temps de douter. Peu de temps après l’engagement, Evanna Soyeux hérite du ballon dans la surface légèrement décalée côté droit et ajuste la gardienne vendéenne à bout portant d’une frappe qui vient se loger sous la barre (26e). La rencontre est définitivement lancée et les actions s’enchaînent, sans qu’aucune des deux équipes ne parvienne à faire la différence. Par deux fois (28e, 32e) pourtant, Tanya Romanenko, remuante sur le front de l’attaque, avait l’occasion de faire trembler les filets, mais à chaque fois, la gardienne ou la défense de La Roche intervenait. Sur la dernière action, l’Ukrainienne parvenait tout de même à servir Mélissa Gomes dont le tir était lui aussi contré.

Des promesses pour la suite

Le retour des vestiaires ressemble aux premières minutes. Le jeu, équilibré, reste cantonné dans un milieu de terrain engagé où la partie n’est pas pour autant désagréable. Les occasions sont moins nombreuses. Il faut tout de même une Pauline Moitrel attentive pour éviter un mauvais scénario. Dans le champ, les entrées de Tess David puis Chloé Philippe offrent un second souffle à une équipe rémoise qui peine alors à se montrer très dangereux malgré les efforts consentis. Peu à peu, la chaleur fait son oeuvre et les lignes sont de plus en plus distandues. Les Rouge et Blanche continuent d’ailleurs d’étirer le pack de La Roche en usant de la profondeur. Il s’en faut de peu que la tactique soit payante. Mais la gardienne, sortant de sa surface, n’était pas avertie malgré une obstruction sur Rémoise partie seule en contre. Qu’importe. Tandis qu’il reste 5 minutes à jouer, Giorgia Spinelli montée au milieu de terrain réalise une merveille d’ouverture pour Mélissa Gomes dont le contrôle raté l’obligeait à se placer sur son pied gauche. L’enchaînement crochet – frappe à ras de terre fait mouche, le complexe Raymond Kopa exulte !

Les dernières minutes restent tendues même si les visiteuses accusent le coup. Tess David enlèvera finalement tout suspens dans les derniers instants en envoyant dans les filets une reprise du plat du pied droit qui clôt la marque à 3-1 ! En s’imposant avec la manière, le Stade de Reims confirme qu’il était bien un candidat averti au haut de tableau. La seconde place est belle même si Amandine Miquel regrettera quelques inconstances dûes certainement à l’absence de joueuses cadres longtemps blessées, et des erreurs de lucidité d’un groupe jeune mais d’avenir. Car le coup de sifflet final n’était pas encore donné que le staff rémois avait déjà le regard tourné vers demain. L’occasion de remercier celles dont l’aventure se termine avec le club rémois. Au moins trois joueuses importantes de l’effectif qu’il faudra compenser. « Une d’entre elles a joué contre nous aujourd’hui », confiait la coach marnaise. Elle n’en dira pas plus. Mais l’ambition affichée laisse augurer de renforts de qualité sur le papier, l’idée étant de « faire mieux » chaque année. On sait quel impact signifierait de faire mieux que deuxième, qui plus est, sur une saison de Coupe du Monde en France.

STADE DE REIMS 3-1 LA ROCHE/YON
MI-TEMPS : 1-1
ARBITRE :
BUTS – Soyeux (26e), Gomes (85e), David (89e) pour Reims ; Liaigre (24e) pour La Roche
REIMS : Moitrel – Pugnetti, Spinelli (cap), Rebours, Kack (Doucouré, 60e), Dumont (David, 63e), Fercocq, Ouchène Romanenko, Soyeux (Philippe, 75e), Gomes.