Le CCRB écarte Strasbourg

Basket — par Julien Lampin, le 10 mars 2018 (22:58)

Crédit photo : Julien LAMPIN

Il fallait confirmer. Qui plus est à domicile. La tâche n’était pourtant pas facile. D’abord parce qu’après une belle prestation à Limoges, le CCRB accueillait le leader de Jeep Elite, à domicile, là où les Marnais n’avaient pas encore gagné en 2018. C’est chose faite, et de belle manière.

Le CCRB aime à s’échelonner face aux gros calibres. Souvent sans grande réussite. On se souvient d’une première mi-temps réussie contre Monaco en début de saison à René Tys, avant de lâcher prise peu à peu. A Coubertin, contre la SIG, les spectateurs ont cru un moment revivre un scénario semblable. Il n’en fut rien. Car fort d’un premier quart-temps de feu et dans une belle ambiance, les protégés de Cédric Heitz ont été suffisamment solides pour contenir la réaction du leader.

Une réaction qui fait suite à une première mi-temps de feu du CCRB, que les vice-champions de France n’ont eu qu’à subir. Dans ce contexte, Martin Hermannsson et LaMonte Ulmer, décidément transformé depuis le début de l’année, ont à nouveau été précieux. Comme à Limoges, le duo a su emmener un collectif plus homogène et plus équilibré qui permet de renverser quelques montagnes.

DEPART TONITRUANT, GESTION SOLIDE

Comme souvent, c’est donc le meneur islandais qui montrait la voie aux siens, inscrivant les premiers points de la rencontre. Un premier shoot raté, une balle perdue puis un 2+1 plongeaient d’entrée les visiteurs du soir, rapidement mené 9-0 puis 12-2 après le premier tir primé d’Ekene Ibekwe. Un premier écart qui ne suffit pas à Martin Hermannsson, inarrêtable en début de rencontre, enchaînant deux nouveaux tirs primés (20-8). LaMonte Ulmer puis Ed Daniel lui emboîtent parfaitement le pas (26-12, 10e).

Un départ idéal que les Marnais vont ensuite parfaitement gérer. John Flowers y va de son tir à trois points, suivi de Sadio Doucouré et Willie Deane (40-23, 16e). Il faut que l’international français Louis Labeyrie réagisse pour maintenir les Strasbourgeois à moins de 20pts à la pause (44-28). Le retour des vestiaires ne coupe pas la dynamique. Martin Hermannsson rentre son 4e tir primé de la soirée et rapproche les siens du +20 (52-33), finalement passé par LaMonte Ulmer (57-35). Le moment choisi par Dee Bost de mener la révolte de la SIG. Randolph Levi trouve aussi quelques solutions, tandis que Jérémy Leloup règle enfin la mire de loin pour coller un 20-0 au CCRB dans un palais des sports médusé (57-55).

John Flowers finit par éteindre l’incendie de près, tandis que Willie Deane, à 3pts redonne de l’air à la salle (65-57). De quoi respirer à l’aube d’un dernier quart-temps plus disputé qu’imaginé. David Logan allume le premier, tandis que LaMonte Ulmer. A l’image des deux joueurs en début de 4e QT, les deux équipes vont se donner coup pour coup. Et malgré le réveil confirmé de Dee Bost, bien lancé par Louis Labeyrie, le CCRB ne rompt pas. Revenu à -3, la SIG laisse passer sa chance face à une rugueuse défense marnaise qui ne concèdera finalement que 70pts. Le money-time est bien négocié pour enfin communier avec un public connaisseur. Les Ccrbistes peuvent sourire. En s’offrant un 10e succès cette saison, ils se mettent à l’abri d’un maintien qui pourrait même être confortable, à condition de réitérer ce genre de performances. Mieux, ils sont désormais à 2 victoires des play-offs.

CCRB 80-72 STRASBOURG
(26-12, 18-16, 21-29, 15-15)
CCRB : 27 tirs réussis sur 62 tentés dont 11/21 à trois points et 15/18 aux LF ; 35 rebonds, 18 passes décisives, 6 interceptions, 15 balles perdues.
Ulmer 21, Hermannsson 21, Ibekwe 11, Deane 8,  Duport 5, Flowers 5, Daniel 4, Doucouré 3, Pitard 2.
SIG : 30 tirs réussis sur 73 tentés dont 8/26 à trois points et 4/7 aux LF ; 33 rebonds, 18 passes décisives, 6 interceptions, 11 balles perdues.
Labeyrie 18, Dost 17, Logan 13, Randolph 9, Leloup 5, Atkins 4, Inglis 2, Pietrus 2, Bilan 2.