Angers allait trop vite pour le RBF

Basket — par Julien Lampin, le 3 mars 2018 (23:19)

Crédit photo : Elodie SAINTE

Passée la joie de la victoire précieuse à Calais, les filles du Reims Basket Féminin ont subi ce samedi soir un dur retour à la réalité. Face à Angers, les Rémoises ont pu mesurer toute la différence entre une bonne équipe de Ligue 2 et une prétendante à la LFB…

On a souvent coutume de dire que tout peut aller très vite dans le basket. Ca allait en tout cas trop vite pour les Rémoises samedi soir dans leur gymnase de René Tys. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manquait aux « Pétillantes » de réaliser un coup contre Angers, ce qui assurait à coup sûr une place en play-offs. Il faudra encore attendre un peu. Car face à une équipe expérimentée, les protégées de David Girandière n’ont jamais réellement existé.

La faute d’abord à un manque de réussite aux tirs terrible (29%). Le basket est d’abord est un sport d’adresse. Et à ce jeu, force est de constater que le RBF est passé à côté. L’agressivité et le travail défensif des Angevines y est peut-être pour quelques chose. Mais trop souvent, lancers francs et shoots ouverts ou tirs faciles étaient manqués. Si bien que l’écart enflait rapidement dès l’entame de match (11-2 puis 16-7). Loraine Lokoka et Soan Lucet faisaient beaucoup de mal à une défense rémoise pourtant dans ses standards. De quoi, tout de même, faire déjouer des Angevines, elles aussi maladroites.

Le second quart-temps est d’ailleurs plus cohérent. Très dures collectivement en défense, les Rémoises profitent des entrées de Sarah Saint-Martin derrière et de Maïmouna Ba offensivement. Par ses provocations, cette dernière trouve quelques ouvertures, autant que Fleur Devillers dont la vivacité gêne l’arrière-garde angevine. Un temps revenues à -4 (18-22), les Rémoises continuent pourtant de pêcher dans le dernier geste. Elles sont immédiatement punies par l’adresse et l’intelligence d’Isis Arrondo. A la pause, les Marnaises accusent un retard qui reste surmontable (21-29).

Le RBF sombre au retour des vestiaires

A vouloir revenir trop vite, les Rémoises vont finalement sombrer. Le bloc défensif s’étiole et les largesses offrent à Elise Prodhomme l’occasion de s’ajuster de loin (13pts en 2e mi-temps). Elle et Isis Arrondo ne se font pas prier pour rentrer plusieurs tirs primés qui mettent définitivement la tête sous l’eau de Rémoises impuissantes. Seules Fleur Devillers parvenait à trouver l’ouverture, tandis que Natasa Popovic prenait un grand nombre de rebonds (6 offensifs, 7 défensifs). Mais sans solution, les locales déjouent, et s’entêtent à opter pour des solutions individuelles peu récompensées. Les shoots peinent à rentrer et le score continuait d’enfler inexorablement.

En s’inclinant finalement 45-68, le RBF encaisse là sa plus lourde défaite sur son parquet. Pas de quoi s’alarmer tant Angers dans la gestion de ses temps faibles et forts et avec des individualités solides étaient au-dessus samedi. L’inquiétude viendra seulement au sujet de Clémentine Morateur dont la cheville endolorie lui offrait quelques grimaces dont se passerait bien le staff rémois. Toujours 6e au classement, les Pétillantes ne sont pas encore totalement assurées des play-offs. Le déplacement à Montbrison le week-end prochain pourrait l’officialiser. Il faudra alors montrer plus d’adresse.

REIMS BF 45-68 ANGERS
(7-16, 13-13, 11-24, 14-15)
REIMS : Devillers 17, Ba 9, Popovic 6, Debaut 5, Blazejewski 4, Saint-Martin 3, Guapo 1, Morateur, Camara.
ANGERS : Lucet 15, Arrondo 14, Prodhomme 13, Lokoka 12, Djalbi Tabdo 8, Christmann 6, Germond, Aubert, Dreano.