Reims – Nîmes (0-0): le jour d’après

Football — par Paulin Jovanovic, le 27 octobre 2019 (12:52)

Au lendemain du match nul du Stade de Reims face au Nîmes Olympique, retour sur un match ennuyant dans lequel les rémois auront montrés leurs limites.

Alors que David Guion a choisi de reconduire le même onze que face à Montpellier, il a prévenu ses joueurs sur le risque de relâchement dû à l’enchainement des matchs à domicile. Discours entendu, les rémois entamaient le match par le bon bout grâce à un pressing haut et à quelques combinaisons bien senties notamment côté gauche. Cependant on sent tout de suite que les occasions vont se faire rares d’un côté comme de l’autre et petit à petit le match s’équilibre. Nîmes croit avoir fait le plus dur en inscrivant un but sur corner mais Clément Turpin l’annule parce que le ballon est sorti sur son chemin vers la terrasse. La première mi-temps se finit sur un deuxième retour salvateur de Pablo Martinez dans les jambes de Doumbia après celui sur Dia. La deuxième mi-temps n’est pas plus mouvementée, la faute à des erreurs trop nombreuses, seule l’entrée de Donis a pu apporter un peu de mouvement.

Le Stade peine donc a nouveau à confirmer les bons résultats précédents, mais prend tout de même un point qui leur permet de rester à la quatrième place du classement. L’équipe retrouvera Delaune mercredi en coupe de la Ligue, l’occasion de faire tourner un peu l’effectif pour le coach rémois et de chercher des solutions sur le banc.

 

On a aimé :

  • Les combinaisons en triangle sur le côté gauche rémois. le trio Konan, Chavalerin et Doumbia s’est bien trouvé et a permis aux rémois d’exercer une bonne pression en début de match. On peut clairement voir que c’est un chemin de passe travaillé en semaine, cependant il s’est éteint au fur et à mesure que le chrono avançait. On aimerait également voir le même type d’action de l’autre côté.
  • L’entrée d’Anastasios Donis. Le grec est entré en jeu à la 70ème minute et a clairement contribué à la meilleure fin de match. Il a touché beaucoup de ballons et à réussi de nombreux dribbles sur son côté droit. Si ces centres n’ont pas été repris il aura au moins eu le mérite d’essayer de dynamiter la rencontre.

On a moins aimé :

  • Le déchet technique. Si le Stade de Reims n’a pas trouvé le chemin des filets c’est notamment dû aux nombreuses pertes de balles bêtes: contrôles manqués, passes approximatives, mauvais choix, … Les conditions de jeu n’étaient pourtant pas mauvaises la pelouse de Delaune étant toujours le billard que l’on connait depuis 3 saisons maintenant. Est-ce à cause des courses défensives demandées aux joueurs ? Est-ce un problème d’entente (footballistique) entre les joueurs offensifs ?
  • La défense sur les corners défensifs. Sur les 6 corners Nîmois, 4 ont débouchés sur une grosse occasion des crocos. Tirés quasiment à chaque fois entre le point de pénalty et la zone des 5 mètres 50, le marquage individuel rémois a laissé beaucoup trop de place aux attaquants adverses. C’est d’ailleurs sur le troisième d’entre eux que Reims avait encaissé un but avant de le voir annuler. Sur celui d’avant, Rémi Oudin en retard, avait eu la chance de contrer la reprise de Lomba.

On s’interroge :

  • Sur la valeur de cette équipe. La meilleure défense du championnat et l’une des pires attaques (9 buts en 11 matchs). Si le Stade de Reims fait preuve de solidité défensive grâce à un bloc compact et des individualités fortes, il peine encore et toujours à faire le jeu et à se créer des occasions. On a vu quelques bonnes combinaisons mais les ballons n’arrivent pas dans la surface, et lorsque c’est le cas, la finition n’est pas toujours au rendez-vous. Alors certes sur le plan comptable le club est dans ses points de passage mais le contenu et l’animation peuvent être largement améliorés.
  • Sur le joueur qui va pouvoir prendre en main le jeu rémois. Depuis la blessure de Tristan Dingomé, le coach rémois cherche une solution pour le rôle de meneur de jeu. Hier c’est Mathieu Cafaro qui tenait ce poste. Si il a été en vue de par ses nombreuses courses et son envie, il a peiné techniquement et dans ses choix balle au pied.
    Si le coach ne trouve pas de joueur capable d’endosser cette charge, il va falloir songer à un ajustement tactique quitte à mettre à mal l’efficacité défensive.