Victoria Majekodunmi « Je fais confiance à mes coéquipières »

Basket — par Clémence Kolb, le 10 mars 2022 (11:09)

Après un gros trou d’air en début d’année 2022, les Pétillantes du Champagne Basket Féminin ont retrouvé de l’allant depuis 3 matchs. De quoi se rassurer avant de recevoir Toulouse, samedi. Un gros morceau qui doit préparer avant les play-offs. L’occasion d’échanger avec Victoria Majekodunmi.

Victoria, la victoire à Cherbourg n’a pas été si simple…

Je fais confiance à mes collègues, je leur dis qu’il ne faut jamais paniquer dans toute sorte de situation, qu’il faut garder les pieds sur terre car on est une équipe extraordinaire et on peut vraiment battre n’importe qui. Une fois qu’on se remémore ce genre de chose ça déroule donc je n’étais pas inquiète.

Comme tu appréhendes la réception de Toulouse ?

On est un groupe qui vit bien, on reste fixées sur nos objectifs. On sait très bien que le championnat n’est pas le plus important, on vise vraiment les play-offs. Il faut jouer placé donc si ce match peut être pris, on va le prendre mais on reste confiante, surtout grâce aux 3 victoires de suite.

Quelle sera la clé du match ? 

Ça passera par une défense cash, on devra être irréprochables sur les scoreuses de l’équipe en face, parce que le danger peut venir de partour. On va devoir garder une certaine sérénité et avoir un mental d’acier car c’est une équipe qui est prête et qui a l’habitude de ce genre de gros matchs. Elles seront aussi en confiance donc il faudra casser leur rythme et jouer sur le nôtre. Tout cela nous mettra en bon point pour chercher la victoire.

« Lorsqu’on arrive aux play-off, les cartes sont redistribuées, tout repart de 0. Et suivant le classement c’est l’avantage du terrain ou non. Donc on va chercher à aller le plus loin possible »

Dans quel état d’esprit vous arrivez à l’approche de ces play-off ? 

On en a pas vraiment parlé mais le but est de voir les choses match par match, finir le championnat avec le meilleur classement possible et après lorsqu’on arrive aux play-off les cartes sont redistribuées, tout repart de 0, et suivant le classement c’est l’avantage du terrain ou non. Donc on va chercher à aller le plus loin possible.

Il y a 2 ans tu as vécu une saison compliquée, cette année comment te sens tu au sein de cet effectif ?

Pour être honnête, je ne me sens pas au top de mon potentiel mais je travaille pour, la saison n’est pas terminée. C’est un peu frustrant de ne pas être au niveau que j’espérais mais ça fait partie d’une carrière de sportif de passer sur des moments plus bas. Mais il faut surtout relativiser et quand je regarde mes stats je suis assez satisfaite. Il faut juste que j’arrive à retrouver confiance dans mon shoot. J’essaie de trouver plusieurs alternatives sur mon agressivité, et j’aime beaucoup faire briller les autres.

Du coup, tu travailles sur quelles axes de progression ?

C’est clairement la confiance en moi sur le tir et les situations de jeu individuel. Je sais ce que je vaux donc je dois trouver les situations qui me mettent en confiance pour par la suite, et pouvoir ensuite m’insérer dans la ligue féminine.

Est-ce que c’est une période délicate pour les joueuses à cause des signatures dans d’autres clubs ? 

C’est vrai que c’est une période très compliquée et pas si simple à gérer quand on est en fin de contrat car les négociations commencent très tôt.

Pour décompresser tu gère une page Instagram de sneakers il me semble..

Je suis passionnée de sneakers depuis petite et j’ai l’occasion d’avoir énormément de Jordan en ma possession. La dernière fois que j’ai compter j’étais à 35. J’aime beaucoup, ça me permet d’avoir plus confiance en moi dans l’extra-sportif, de faire autre chose. Je suis assez introvertie donc je m’exprime comme je peux.