Les questions de Reims Sainte-Anne avant la reprise en Coupe de France

Football — par Julien Lampin, le 28 janvier 2021 (18:20)

Crédit Photo : Julien LAMPIN

Au repos forcé depuis le mois d’octobre, les clubs amateurs encore engagés en Coupe de France vont pouvoir retrouver le goût de la compétition ce week-end. C’est notamment le cas de Reims Sainte-Anne (R1). Les joueurs rémois se déplacent, dimanche, à Épernay (N3) pour le 6e tour de la plus vieille des compétitions du foot français. Un retour sur les terrains qui fait grincer des dents.

C’est un retour à la compétition qui en a surpris plus d’un. Y compris Antoine Contardo, le président de Reims Sainte-Anne (32e de finaliste l’année dernière, défaite (0-1) face à Montpellier, ndlr). « Bien sûr, nous sommes ravis de jouer, mais pourquoi on reprend la Coupe de France et pas le championnat ? À qui profite cette reprise ? On ne privilégie pas les clubs amateurs », s’insurge-t-il. Prévenues seulement le 19 janvier, les équipes encore en lice disposent de dix petits jours pour s’organiser et retrouver un semblant de rythme. Trop peu pour préparer un tel rendez-vous, voire même « ingérable si on n’est pas organisé », glisse l’homme à la tête du club rémois.

Pour éviter toute mauvaise surprise, les formations doivent suivre à la lettre un protocole sanitaire « strict » de 21 pages qui leur a été envoyé. Dans le cahier des charges, l’obligation pour staff et joueurs de fournir un test PCR négatif effectué deux à trois jours avant la rencontre, et un deuxième test antigénique à faire sur place le jour du match. Heureusement, « Reims Saint-Anne est un club très bien structuré. On a un staff médical qui peut gérer tout ça. On suit ce protocole à 200% », affirme le président rémois.

« On va faire en sorte d’être prêts »

Ce retour précipité à la compétition soulève une autre question : comment faire pour être opérationnel physiquement en un laps de temps aussi court ? Qui plus est après une longue période d’inactivité. Difficile, d’autant que programmer une séance d’entraînement n’est pas chose aisée en raison du couvre-feu établi à 18h. De quoi inquiéter Jérôme Dutitre, l’entraîneur de l’équipe fanion. « Ce qui me fait peur, c’est pour la sécurité des joueurs. Avec le manque d’entraînements, il y a des risques de blessures. Ce n’est pas en dix jours qu’on prépare une rencontre », explique le technicien rémois. Un sentiment partagé par son président : « On fait prendre des risques aux joueurs ».

Une préparation loin d’être idéale donc. « Forcément ce n’est pas une préparation optimale comme ça aurait pu l’être lors d’une saison classique mais ça vaut pour tous les clubs. On va faire en sorte d’être prêt », souligne le coach de Reims Sainte-Anne. Face à toutes ces difficultés, certains clubs ont même décidé de jeter l’éponge en déclarant forfait. « À aucun moment nous y avons pensé, on veut jouer ! », martèle Antoine Contardo. Sur le papier, une division sépare les deux équipes. Rien d’insurmontable, « la Coupe de France c’est du 50/50 », rappelle Jérôme Dutitre, lui qui faisait parti de la formidable épopée du club amateur de Calais en 2000 le sait mieux que personne.

Charles HOFFSESS

RC EPERNAY (N3) 🆚 REIMS SAINTE-ANNE (R1)
🏆 6e tour de Coupe de France
📅 dimanche 31 janvier 2021
⌚ 14h
🏟 au stade Paul Chandon, à Epernay (51)